Essai: Dacia Duster Vs. SsangYong Tivoli

Si à l’apparence, surtout en ce qui concerne la version d’accès, la Dacia Duster n’a pas de réels concurrents, la rivalité commence à apparaître lorsque l’on se penche sur les motorisations et les finitions de cœur de gamme. Parmi les prétendants se trouve le SsangYong Tivoli, venant tout juste de renchérir le rang des SUV compacts. Théoriquement, c’est un concurrent direct des voitures comme la Peugeot 2008 ou la Renault Captur. Les essais pratiques se sont ensuite avérés concluants, avec des tarifs bien adaptés : 16.990 euros pour le modèle d’entrée quatre cylindre essence 1.6 litres d’une puissance de 126 chevaux, avec une transmission 4×2, une BVM6 et une finition de base Urban. Comparé aux concurrents directs du Tivoli, le prix est plus qu’abordable mais c’est encore 1.500 euros de plus que la Dacia Duster quatre cylindres essence 1.2 TCE de 125 chevaux avec la finition Lauréate. Outre le prix, que donnerait la comparaison entre ces deux modèles ?


A bord

A bord

A bord

Entre un modèle audacieux et un autre consensuel, le match est serré. La Dacia Duster plaît énormément grâce à une face avant plutôt flatteuse. Quant au Tivoli, son aspect général séduit en n’apparaissant pas trop low-cost. Rien à qu’à observer les poignées de portes, le haut de la ceinture de caisse, les jupes latérales, ou encore les rétroviseurs, on remarque que le modèle de SsangYong n’a pas été conçu dans un souci de prix. A bord, le Duster de Dacia est beaucoup moins moderne que le Tivoli. Même si les matériaux composant le mobilier sont presque les mêmes, la présentation est beaucoup plus soigné dans l’habitacle du Tivoli : bloc d’instrumentation récent, volant à méplat, système d’infotainment est placé de manière à ce que le conducteur ne quitte pas la route des yeux. Pour les deux modèles de véhicules à comparer, il est impossible de régler les sièges en hauteur. Quant au volant, il n’est réglable qu’au niveau de l’axe vertical. Toutefois, à bord du Tivoli, on est beaucoup plus confortable. On a en effet une position moins haute, des sièges plus creusés et une assise moins inclinée vers l’avant, ce qui rend le tout plus naturelle et moins fatiguant à la longue. Tous les réglages sont ainsi plus ergonomiques. En bref, à bord du Trivoli, tout est nettement bien mieux pensé et placé qu’à l’intérieur de la Dacia Duster. En ce qui concerne l’arrière des deux véhicules, celui du modèle coréen semble toujours plus moderne. Les portes du Trivoli sont également plus larges malgré les apparences. Par contre, c’est au niveau de l’espace aux genoux et la garde au toit sont légèrement étroits.  La modularité est la même pour les deux modèles, avec une banquette fractionnable 2/3 1/3 des deux côtés. C’est au niveau du seuil de chargement du coffre qui diffère légèrement car le Trivoli est plus en hauteur avec une ouverture plus étroite. Cependant, le coffre de la Duster est aussi avantageux dans la mesure où il est plus profond malgré le fait que le volume de chargement ne change pas beaucoup lorsque la banquette arrière est en place : de 423 litres à 475 litres.

En route

En route

En route

Sur la route, la comparaison entre les deux modèles se complique légèrement. La Dacia Duster est dotée d’un excellent bloc quatre cylindres 1.2 TCe de 125 chevaux, à la fois doux, discret même à haut régime, et volontaire sur les premiers rapports. Cette voiture convient parfaitement pour un usage urbain, cependant, l’étagement long de la boîte exige des rétrogradages sur l’autoroute, sans pour autant que cela ait des répercussions au niveau de la consommation qui reste à 8 litres aux 100 kilomètres en conduite dynamique, ce qui fait 1 litre de moins tous les 100 kilomètres que la consommation constatée sur le Tivoli. En ce qui cencerne le Tivoli, il dispose d’un quatre cylindres 1.6 de 126 chevaux. Ce moteur, atmosphérique, est moins coupleux que le TCE Renault avec ses 160 Nm dispos à 4.600 tr/min. Dans la pratique, pas besoin de monter aussi haut en régime puisque l’étagement de la boîte manuelle du véhicule est court sur les premiers rapports. Côté performances, ils sont comparables : 10,4 s au 0 à 100 pour le Duster contre 11 s  pour le Tivoli. Niveau reprises à 110 km/h, l’avantage est accordé au Duster qui est aidé par son turbo. Le Trivoli dispose d’une mécanique douce et silencieuse mais cela est entaché par des commandes peu progressives. Ainsi, difficile d’accélérer sans qu’un à-coup ne soit créé. Par ailleurs, le freinage en douceur est quasi impossible. Celle de la Dacia Duster est préférable malgré le manque de consistance. Il en est de même pour la commande de boîte, peu précise pour la Dacia Duster mais toujours préférable à celle du Tivoli beaucoup trop bruyante et accrocheuse. Enfin, pour ce qui est du confort routier, La Dacia Duster est meilleure. Certes, Ssangyong a essayer d’européaniser au mieux le comportement de son modèle Tivoli mais avec des amortisseurs trop taré et une suspension qui est restée souple, les irrégularités sont moins filtrés qu’à bord d’une Dacia Duster avec une pneumatique de 16 pouces. Le modèle Dacia se comporte plus en SUV que le Tivoli sur la route. Le modèle coréen, lui, est plus vif et possède l’avantage d’être stable dans les successions de virages.

Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire